Actualités

Pour une meilleure prise en charge multisectorielle et coordonnée des femmes et filles victimes de violence

3 octobre 2018

Le projet de coordination multisectorielle sur le Grand Tunis, initié par l’association BEITY avec l’appui de l’UNFPA dans le cadre du Programme Conjoint pour l’amélioration de la prise en charge des femmes et des filles victimes de violences (FFVV), est le fruit d’un travail de réflexion collective des partenaires du Programme Conjoint. La loi 2017-58 sur l’élimination de la violence faite aux femmes a attribué à la société civile un rôle important dans l’accompagnement et la prise en charge des femmes et des filles victimes de violences. Toutefois, le cadre de cette prise en charge et les moyens mis à disposition restent encore à définir.

Divers partenaires ont pris part à ce projet, dans le cadre de différentes commissions et groupes de travail et de réflexion regroupant des associations nationales (Beity, AFTURD, ATFD, LTDH, Amal pour la Famille et l’enfant, ATL MST SIDA, L’Art Rue, Le Groupe Tawhida Ben Cheikh pour la Sante des Femmes, La Coalition pour les Femmes de Tunisie, La Coalition des associations pour la loi contre les violences faites aux femmes - CNAV, Jamaity) ; des organisations internationales (OXFAM, DANER, OMCT, Médecins Du Monde) ainsi que des agences onusiennes (UNFPA et OIM).

Ce projet vient répondre au constat partagé des carences existantes au niveau de l’arsenal législatif et institutionnel en vigueur avec comme objectifs d’exposer le point de vue de la société civile sur les prérequis nécessaires à une prise en charge multisectorielle de qualité et coordonnée et d’alerter les décideurs des défaillances du dispositif en place.

Deux ateliers de réflexion ont été organisés dans ce sens. Un premier atelier de capitalisation de l’expérience et des perspectives de coordination intersectorielle organisé le 19 avril 2018 et un deuxième atelier le 09 mai 2018 en vue de valider et d’adopter des outils de coordination à savoir :

  • La charte des valeurs et des principes des associations et collectifs de prise en charge des femmes victimes de discrimination, de violences de genre et d’exclusion ;
  • Le mémorandum des associations pour une prise en charge de qualité et coordonnée des femmes victimes de violence - Rapport aux décideurs ;
  • La cartographie des complémentarités associatives ; 
  • La feuille de route et le cadre logique des actions futures.

La charte des valeurs représente le socle commun de référentiel de valeurs et de principes entre les associations de prise en charge des femmes et des filles victimes de violences, qui s’engagent à agir loin de toute idée de rétribution et d’action condescendante ou de charité. Elle réaffirme l’engagement collectif à agir dans le respect du principe de non-discrimination de genre, de sexe, de race, de classe, de nationalité, de handicap, d’âge, de culture, de conviction religieuse, d’orientation sexuelle ou de toute autre inégalité. La charte rappelle également l’engagement des différentes associations partenaires à agir loin de tout jugement ou a priori religieux, culturel, économique, politique, social ou idéologique, dans le respect des paroles des femmes, du récit de leurs parcours de  vie et de leurs singularités intrinsèques sans aucune ingérence dans leurs choix de vie ou une quelconque emprise sur elles, dans le respect de la confidentialité de leurs données personnelles et loin de toute instrumentalisation ou publicité y compris sous forme médiatique, en s’assurant de leur choix autonome, librement consenti et éclairé à toute proposition d’aide ou d’orientation, et dans l’objectif ultime de leur autonomisation économique, sociale et culturelle.

Le mémorandum rappelle les reconfigurations institutionnelles et pluralisme des acteurs de la prise en charge des femmes victimes de violence ainsi que les perspectives et défis d’une prise en charge coordonnée et de qualité. Il présente une analyse des dispositions de la loi 2017-58 sur le statut et le rôle des associations dans la prise en charge des femmes victimes de violences et dresse un constat des difficultés rencontrées sur terrain par les associations de prise en charge. Il finit par évoquer les solutions préconisées et par tracer une feuille de route commune avec comme objectif de travailler de façon conjointe à amener aux changements institutionnels et normatifs, de mentalités et de pratiques pour une prise en charge coordonnée et de qualité des femmes et des filles victimes de violences

Les outils de coordination approuvés par l'ensemble des partenaires impliqués dans le processus vont être diffusés. Un atelier de plaidoyer avec les autorités publiques va être organisé durant le mois d'octobre pour présenter les attentes et les besoins de la société civile en vue de poursuivre les efforts fournis pour une prise en charge multisectorielle et coordonnée des FFVV.

Plus d’informations sur le Programme Conjoint sur la prise en charge des femmes et des filles victimes de violences 
Plus d’informations sur Enquête qualitative sur les services de prise en charge des femmes victimes de violences auprès des prestataires des services et usagers (Grand Tunis)