Vous êtes ici

Malgré la crise mondiale du COVID-19, les gouvernements maintiennent leur soutien à la santé et aux droits des femmes et des filles, un an après le sommet historique

New York, 12 novembre 2020 - Alors que la pandémie du COVID-19 continue de faire des ravages sur la santé et les économies des pays du monde entier, les gouvernements, les organisations non gouvernementales, les institutions financières internationales et le secteur privé intensifient leur politique, soutien financier et en nature aux programmes qui protègent la santé et les droits des femmes et des filles dans les pays en développement.

 

Il y a un an, lors du sommet historique de Nairobi sur la CIPD25, le monde s'est réuni pour s'engager à mettre fin aux décès maternels évitables, aux besoins non satisfaits de contraception, à la violence sexiste et aux pratiques néfastes comme le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines, d'ici 2030. ce sommet, plus de 8 000 délégués de 170 pays ont pris 1 250 engagements financiers et autres en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs.

 

Aujourd'hui, le FNUAP, l'agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et procréative, rapporte que les principaux gouvernements donateurs sont déjà en train de respecter les montants qu'ils ont promis à Nairobi. Et certains dépassent même ce qu'ils avaient promis, démontrant ainsi leur engagement inébranlable envers les droits des femmes et des filles au moment où cela est le plus nécessaire.

 

«Les engagements pris à Nairobi sont plus critiques que jamais. Loin de freiner notre ambition, le COVID-19 n'a fait qu'affiner notre concentration et notre détermination », déclare la Directrice exécutive de l'UNFPA, Dr. Natalia Kanem. «Je suis encouragé de voir tant de partenaires du gouvernement, du secteur privé et de la société civile prendre des mesures audacieuses pour soutenir nos efforts collectifs et tenir nos promesses envers les femmes et les filles. Tant que nous resterons unis, nous vaincrons. »

 

La société civile, le secteur privé, le milieu universitaire et d'autres se sont ralliés à la cause à une échelle sans précédent, promettant plus de 8 milliards de dollars pour atteindre zéro décès maternel évitable, zéro besoin non satisfait de planification familiale et zéro violence sexiste et pratiques néfastes d'ici 2030. Les gouvernements ont également annoncé des engagements majeurs, notamment:

  • 425 millions GBP (environ 552 millions USD) du Royaume-Uni à l'UNFPA pour accroître l'approvisionnement en contraceptifs
  • Plus de 11 milliards NOK (environ 1,2 milliard USD) de Norvège pour la santé et les droits sexuels et reproductifs dans les contextes de développement et humanitaires entre 2019 et 2025
  • 20 millions d'euros (environ 23 millions USD) de l'Allemagne pour la santé et les droits sexuels et reproductifs, suivis de 30 millions d'euros (environ 35 millions USD) pour la réponse de l'UNFPA à la pandémie du COVID-19
  • 29 millions EUR (environ 34 millions USD) de l'UE pour la santé et les droits sexuels et reproductifs des adolescents
  • 100 millions DKK (environ 16 millions USD) du Danemark à l'UNFPA pour la santé sexuelle et reproductive

En septembre 2020, l'UNFPA a créé une commission de haut niveau pour s'assurer que tous les engagements pris lors du Sommet restent sur la bonne voie, même pendant la pandémie COVID-19. Présidée par Jakaya Kikwete, ancienne présidente de la République-Unie de Tanzanie, et Michaëlle Jean, ancienne gouverneure générale du Canada, la Commission formulera des recommandations afin que l'élan créé à Nairobi se poursuive vers un monde de droits et de choix pour tous.

 

«Nous ne perdrons jamais de vue le monde pour lequel nous nous battons - celui de la santé et des droits sexuels et reproductifs pour tous», a conclu le Dr Kanem.

###

L'UNFPA offre un monde où chaque grossesse est souhaitée, chaque accouchement est sans danger et le potentiel de chaque jeune est épanoui.

 

Eddie Wright, spécialiste des médias, UNFPA: Tél.: +1 917 831 2074mailto: ewright@unfpa.org